Les aventures de Lily au pays des cigognes

Le site d'une maman qui cherche le chemin jusqu'à son bébé

Nouveau départ

Caliméro voitureC’est vrai que le décompte est indiqué sur mon blog, mais je n’avais pas réalisé ! C’est Fabienne qui m’y a fait penser.

J-23 !

Je ne réalise pas. Je suis totalement à côté de mes pompes et horriblement fatiguée.

Cette FIV a formidablement bien commencé, comme vous avez pu le lire dans l’article précédent. J’ai depuis vu Cérès. Je n’ai pas appris grand chose car il est trop tôt pour savoir si mon endomètre est plus épais qu’avant mon opération. Je sais bien que c’est une opération pour agrandir l’utérus et non pour épaissir l’endomètre, mais je ne peux m’empêcher d’espérer qu’il y ait un petit mieux… Prochain rendez-vous mardi.

J’ai commencé les comprimés de provames et les patchs de vivelledot, mais j’ai une peur bleue d’oublier de les prendre. Je me suis acheté un piluliergrand-mère. Et j’ai mis une alarme sur mon téléphone pour les patchs. Mais je ne suis pas tranquille, je ne me sens pas aussi concentrée que pour la première FIV DO.

Je crois que c’est parce que j’ai horriblement peur d’avoir à encaisser un nouvel échec. Alors il y a une partie de moi qui freine des quatre fers. Ce n’est pas que je n’avais pas peur avant, mais ça devient de plus en plus compliqué à gérer.

 

Mission : trouver d’autres projets pour me distraire de cette peur de l’échec

VéloAvec les beaux jours, je me suis mise à repenser à mon petit vélo. J’en parlais ici. Mais j’ai réalisé qu’avec cette fiv en cours, je ne pourrais en profiter qu’une semaine ou deux avant le transfert. Donc mon vélo resterait à prendre la poussière dans le garage pendant neuf mois si cette fiv est couronnée de succès. J’en ai marre, plus que marre de toujours faire des choix en fonction de cet enfant qui viendra peut-être ou pas, on ne sait pas. J’aimerais pouvoir prendre une décision aussi simple que d’acheter un vélo, seulement voilà : acheter un vélo en misant sur le fait que ma pds sera négative, c’est un peu trop me demander. Donc, pas de vélo.

 

Linge

RobeJ’avais une autre idée pour m’aérer la tête, acheter une machine à coudre. C’est moins sportif évidemment, mais j’en ai envie depuis longtemps. Et en cherchant sur internet, je tombe sur une machine fantastique, très chère c’est sûr, une machine à coudre et à broder. Comme exemples de réalisations, il y avait une adorable robe de petite fille et du linge de lit pour bébé. Et naturellement, c’est à nouveau le drame, car je ne peux pas non plus acheter cette machine en supposant qu’il y aura un jour un bébé, parce que si ce n’est pas le cas, mon cœur se tordra chaque fois que j’aurai besoin de faire un ourlet à un jean.

 

Et puis il y a aussi ce projetchateau-azay-le-rideau d’achat de maison qui revient de façon récurrente. C’était prévu pour 2015. Alors on y pense, un peu, beaucoup. Ça devrait être tellement enthousiasmant d’acheter  notre chez-nous, de penser à la future décoration, d’imaginer notre jardin en fleurs. Et ça le serait s’il n’y avait cette question qui s’immisce dans mes pensées et m’empoisonne la vie : « Combien de chambres ? ». Quand je regarde les annonces, spontanément je m’attarde sur les grandes maisons, avec plein de pièces. L’autre jour, mon mari m’a dit : « C’est grand quand même si on n’est que deux. » Les larmes ont coulé. Je ne peux pas envisager d’acheter une maison qui ne prenne pas en compte notre projet d’enfant. Mais suis-je prête à prendre le risque de vivre dans une maison trop grande avec des pièces inutiles ?

 

Je veux bien ne pas me focaliser sur mon désir d’enfant. Mais comment ?

Je veux bien avoir d’autres projets. Mais lesquels ?

Je veux bien être heureuse en attendant le bonheur, mais je ne trouve pas la recette.

36 commentaires »

5 sur 5

image

Nouvelles du jour bonjour !

La biologiste a appelé ce matin : il y a 5 embryons à J2. Alors évidemment entre 2 jours et 9 mois, il y a une éternité. Donc on ne s’emballe pas, mais c’est un bon début.

Prochain appel jeudi matin à J5, en espérant qu’il reste quelques embryons. Au moins un !

J’ai précisé à la biologiste que Panoramix nous avait parlé de blastocystes à la première consultation, mais que je n’étais plus sûre qu’il en avait parlé à la deuxième consultation. Mais comme Monsieur le grand druide est injoignable jusqu’à demain, dans le doute, elle considère qu’on cultive nos petites cellules d’amour jusqu’à J5.

Étape par étape, on croise les doigts et on reste zeeeeeeeeen.

21 commentaires »

Un sondage idiot…

…parce que ça fait du bien.

A voté !

Poster un commentaire »

Au pays du temps qui passe

Le temps est mon ennemi. Je lui déclare la guerre et j’ai très peur de perdre.

A chaque fin de cycle, à chaque espoir déçu, je sais que mes chances diminuent, que ma fertilité baisse. Comme me l’a dit Merlin notre grand spécialiste : « A votre âge, c’est une loterie et il y a peu de tickets gagnants ». Un poète ce Merlin…

Le plus dur, c’est de se dire que les chances diminuent à chaque fois, inexorablement.

Je donnerais ma fortune et ma belle-mère pour avoir dix ans de moins et alléger cette angoisse du temps qui passe ! (Mon prince, si tu lis ces lignes, je plaisante pour ta mère. Hmm… Quoique…).

Depuis quelques temps, parce que ce serait insupportable de suspendre notre désir d’enfant uniquement à la PMA, nous parlons d’adoption. Mais là encore, le temps est mon ennemi.

En regardant des blogs ici et là, j’ai compris qu’il fallait souvent quatre ans entre le moment où on fait une demande d’agrément et le moment où l’enfant arrive dans sa nouvelle maison. Quatre ans ! Ça semble tellement long. Une éternité quand on a envie d’être maman MAINTENANT !

Et puis, je dois aussi avouer qu’il y a le problème de l’âge de l’enfant. Je sais bien que les bébés grandissent et que le pouponnage est une toute petite partie de la vie d’une maman. Seulement, voilà, j’ai une terrible envie de pouponner. Et pour ça aussi, le temps est mon ennemi, car on confie plus difficilement de jeunes enfants aux parents de plus de 40 ans.

Alors que faire ? Faire dès maintenant une demande d’agrément ? Ou attendre un peu (oui, mais combien de temps ?) pour voir si un bébé pma ne pointerait pas le bout de son nez ? Moi, je suis pour la première solution, mais mon prince est pour la seconde.

Et devinez quoi ? Eh bien j’attends… que nos violons s’accordent.

Sache-le, temps qui passe, je te déclare la guerre ! Tant pis si je suis armée d’un coton tige et toi d’un fusil, j’y crois ! Enfin j’essaye…

6 commentaires »