Les aventures de Lily au pays des cigognes

Le site d'une maman qui cherche le chemin jusqu'à son bébé

TEV

un-ange-blancLors de notre FIV DO 1, nous avions vitrifié un embryon XB.

A la dévitrification, il était toujours au stade XB. J’ai tiqué sur le moment car il me semblait que ce n’était pas très prometteur, cette absence d’évolution. Mais j’ai préféré faire l’autruche pour ne pas me stresser davantage pendant l’attente.

Le résultat de la prise de sang a été sans appel : pas enceinte, même pas une petite accroche.

Nous avons revu Cérès. Elle dit qu’effectivement, il est possible (mais pas certain) que l’embryon transféré avait arrêté son évolution.

Voici comment elle analyse notre dossier. Elle part de mes fausses couches de 2011 et 2013. Elle dit que soit elles sont dues à un facteur masculin inconnu, soit à un problème de vieillesse ovocytaire qui a été remplacé par un problème d’endomètre. Moi j’ajouterai que ça peut aussi être un mélange de tout ça. J’ai eu les larmes aux yeux lors de son récapitulatif, tellement j’ai peur que mon endomètre soit un obstacle insurmontable.

Elle nous suggère de passer au double don. Elle nous a proposé de faire un don mixte pour commencer, c’est-à-dire de féconder la moitié des ovocytes par le sperme du conjoint et l’autre moitié par celui du donneur. Mais nous préférons aller directement au double don. A quoi bon faire encore des expérimentations ? Je crois qu’elle fait cette proposition au cas où nous n’aurions pas été prêts à nous décrocher de nos gamètes.

Elle m’a aussi proposé de faire une biopsie de mon endomètre, la fameuse biopsie MATRICELAB, très à la mode en ce moment, pour vérifier que mon endomètre ne développe pas des cellules hostiles à l’implantation. Il n’y a pas si longtemps elle n’était pas favorable à cette biopsie. Il faut croire qu’elle a changé d’avis. J’avoue avoir très peur qu’on touche à mon endomètre. On a donc convenu de n’envisager cette biopsie qu’en cas d’échec de la première FIV DD.

Je dois aussi faire une nouvelle hystéroscopie. J’ai fait la grimace car les hystéroscopies sont chez moi très douloureuses. Cérès m’a expliqué qu’il y avait certainement une cause psychologique remontant à mes curetages de 2011. Elle pense que si j’accouchais, les hystéroscopies seraient ensuite beaucoup moins douloureuses. Si seulement j’avais un jour la possibilité de vérifier cette théorie… Elle m’a parlé de ces femmes violées qui ont ensuite des rapports douloureux jusqu’à ce qu’elles rencontrent un homme doux en qui elles ont confiance. La comparaison m’a choquée, car ça n’a rien de comparable justement. Et ça m’a choquée aussi car elle m’a renvoyé à la figure toute la violence de ce que j’endure et que j’essaye d’occulter pour pouvoir continuer à avancer.

Elle m’a donné l’adresse d’un acupuncteur pour favoriser la vascularisation de mon endomètre. Je ne l’ai pas encore contacté.

A la fin du rendez-vous, elle nous a dit de ne pas désespérer. C’est idiot, mais ça m’a fait de bien d’ entendre qu’elle pensait que c’était encore possible…

J’ai contacté la clinique pour demander une date en juillet avec deux donneurs « confirmés ». J’ai eu beau expliquer que je ne pouvais pas choisir la date de mes congés et jouer du violon, rien n’y a fait : sauf désistement (peu probable), ce sera en septembre à une date encore inconnue.

Je n’ai pas envie de raconter aujourd’hui mes états d’âmes. Je préfère rester factuelle, pour ne pas sombrer. Mon moral n’a jamais été aussi bas.

Merci à toutes celles qui me suivent encore malgré mon manque d’assiduité et mon absence de joie de vivre. Cela m’aide beaucoup.

45 commentaires »

FIV DO 3

cercle-vicieuxJe n’écris plus car je n’ai rien à dire. Rien de nouveau.

Que dire de ma FIV DO 3 ? Elle ressemble étrangement à FIV DO 1 ou FIV DO 2, sauf l’issue : pds négative. Mais quelle importance au fond, GEU, FC ou pds -, il n’y a pas de bébé.

J’ai dû attendre longtemps mon rendez-vous avec Cérès. J’étais complètement désemparée. Mon endomètre avait pourtant atteint l’épaisseur record de 6,6 mm. Du jamais vu ! J’étais aussi très perturbée par l’évolution de mes embryons. Pour FIV DO 3, nous avions demandé une donneuse « confirmée » et pourtant, j’ai trouvé que l’évolution était pire que les fois précédentes. Et était-il normal que sur 3 FIV DO, nous n’ayions en tout et pour tout qu’un seul embryon vitrifié ? Et si on accusait mon endomètre, alors qu’en fait c’était les embryons qui n’étaient pas de bonne qualité ?

J’ai même fait un tableau récapitulatif que j’ai montré à Cérès.

Evolution des embryons (2)Les annotations sont de Cérès. A mon grand soulagement, elle a convenu que ce n’était pas terrible. Pour elle, seule la première FIV DO tient la route. Après, ça se dégrade un peu plus chaque fois. Ce qui l’étonne, c’est que normalement, les pertes embryonnaires entre J1 et J3 sont imputables à la qualité des ovocytes, c’est pourquoi nous avions demandé une donneuse « confirmée » pour FIV DO 3. Elle nous a demandé si notre donneuse était « confirmée » parce qu’elle avait des enfants ou parce qu’elle avait permis la naissance d’enfants via un don (la deuxième cause est une meilleure garantie). Je me suis renseignée auprès de la clinique : notre donneuse est maman et a permis la naissance d’un enfant par don.

Donc, Cérès envisage que, peut-être, il y aurait un problème du côté de mon chéri, problème qui n’apparaît pas sur le papier (ses analyses étaient même meilleures pour FIV DO 2 et 3 que pour FIV DO 1). Parfois quand les FIV DO ne fonctionnent pas, on passe au double don et ça marche. On ne sait pas pourquoi, mais on peut quand même en déduire que, sans doute, il y avait un souci du côté masculin.

Conclusion : on fait le TEV de notre unique vitrifié et si ça ne marche pas, on passe au double don.

Je ne vais pas dire que je suis heureuse, car je n’ai toujours pas la certitude d’avoir un jour un bébé dans les bras, mais je suis contente qu’enfin on s’intéresse au facteur masculin, parce qu’avec mon endomètre fin, j’ai toujours pensé qu’il me fallait des embryons super costauds et je ne suis pas convaincue que c’était le cas.

62 commentaires »

FIV DO 2 La fin du fragile bonheur

image

Après le transfert, il y a eu des douleurs de règles mardi et vendredi et les inquiétudes qui vont avec.

Il y a eu le test urinaire bandelette acheté sur internet. Fait le dimanche, donc un peu tôt, comme ça si c’est négatif, on peut encore espérer.

Il y a eu la bande rose pâle, si pâle que je dois plisser les yeux et regarder le test en lumière rasante pour peut-être la voir.

Il y a eu le test que j’ai osé acheter en pharmacie le lundi. L’affichage « Enceinte 1-2 ». Les mains qui tremblent. L’espoir qui pointe le bout de son nez.

Il y a eu la première prise de sang le mercredi et le premier taux : 124. L’espoir, mais aussi la crainte. Le taux n’est-il pas trop bas ? N’est-ce pas le signe d’un début de fausse couche ?

Il y a eu la peur du sang chaque fois que je vais aux toilettes.

Il y a eu un deuxième taux le vendredi : 314. Un plus que doublement qui fait espérer. Mais toujours l’angoisse à chaque petite douleur, à chaque symptôme qui s’atténue pour revenir.

Il y a eu un troisième taux le lundi : 1462. Plus que je n’espérais. L’espoir qui grandit. Mais pas longtemps. Un passage aux toilettes. Une tâche jaunâtre dans mon fond de culotte. Le cœur qui s’arrête. Essayer de se persuader que ce n’est peut-être pas du sang. Un nouveau passage aux toilettes. Une tâche brunâtre. Savoir que c’est bien du sang. Se rappeler les trois dernières fois où j’ai saigné. Espérer que la fin soit différente.

Il y a eu le mardi matin avec un appel dans un centre d’échographie spécialisé pour un rendez-vous en urgence. Il y a eu le mardi soir avec la voix slave, si douce, si rassurante. Et surtout le petit sac de 3 mm x 4 mm, tout de suite vu, avant même que la voix slave ne le signale. Une douce chaleur dans tout le corps. Un soulagement. Une vésicule vitelline rassurante, même s’il est trop tôt pour voir l’embryon. Un deuxième rendez-vous de pris. La voix slave qui dit que tant que le sang n’est pas rouge, il n’y a rien d’inquiétant. Juste l’embryon qui creuse son trou. L’espoir qui grandit plus fort. Ses yeux qui brillent, son optimisme, son envie d’un deuxième enfant, mon cœur qui déborde d’amour.

Il y a eu un quatrième taux le mercredi : 2730. L’angoisse de voir que l’augmentation ralentit. Le soulagement de découvrir sur internet qu’entre 1200 et 6000 le taux met plus de temps à doubler. Se dire que tout est sans doute normal.

Et puis il y a eu ce jeudi soir et ces fortes douleurs de règles. Les enfants confiés en catastrophe à une collègue. Un passage aux toilettes.

Du sang.

Rouge.

Un appel à mon mari. Un départ précipité chez moi. Attendre qu’il rentre pour partir aux urgences. Et toujours du sang. Toujours rouge. Un dernier passage aux toilettes avant de partir.

Blop.

Mon cœur qui se brise.

Le bruit de ce blop.

La sensation de ce blop.

La vision de ce blop.

La certitude. Les sanglots.

Les urgences. Les questions qui font mal.

Est-ce la première FIV ? Non.

Avez-vous des enfants ? Non.

L’attente. La douleur.

Le médecin qui arrive enfin. Et de nouveau les mêmes questions.

Est-ce la première FIV ? Non.

Avez-vous des enfants ? Non.

Ma voix qui se brise.

Le sang qui gicle quand je me déshabille.

La douleur.

L’échographie qui redit le vide.

 

47 commentaires »

FIV DO 2 Des nouvelles du Pôle Nord

Pôle Nord

Mes petits embryons étaient sans doute un peu frileux, comme moi. Ils ont refusé catégoriquement d’être vitrifiés. Je m’en doutais, mais bon, ça ne fait pas plaisir quand même.

 

Petit retour sur la journée de mardi.

Depuis le transfert, je ressens de petites brûlures dans le ventre. Au début, ça me plaisait de penser que ça travaillait là-dedans tout en me disant que c’était vraisemblablement plutôt dû au geste du transfert.

Mais hier matin, presque plus rien. Alors évidemment, ça m’a inquiétée, même si je sais que ça ne veut pas dire grand chose. Et puis, un peu plus tard, j’ai eu des douleurs un peu similaires à celles des règles. Et là, j’ai eu une illumination : ces douleurs, c’était mon corps qui luttait contre l’utrogestan pour faire venir mes règles ! Bref, le positive thinking fut de courte durée. Il y a un « j’y crois, j’y crois pas, j’y crois, j’y crois pas » qui tourne dans ma tête comme un tourbillon sur lequel je n’ai pas de prise. Mon mari me dit de ne pas y penser. Facile quand le ventre brûle et les seins pigeonnent ! Il m’a aussi dit une phrase qui m’a beaucoup plu : « Si c’est négatif, de toute façon on est habitué… » Ah mais moi, je ne veux pas du tout être habituée ! Je me suis fermée comme une huître.

Et ça n’a rien arrangé quand j’ai su en début d’après-midi que nous n’avions pas d’embryons vitrifiés. Ça ne veut rien dire non plus quant au résultat de ce transfert, mais ça m’inquiète car je me demande si ça ne vient pas de la mauvaise qualité du sperme. Je n’ai pas pleuré quand j’ai reçu le mail. Non, j’ai pleuré comme une petite fille quand juste après je me suis cogné le coude.

Saletés d’hormones, saleté d’attente !

Tant que je suis d’humeur morose, voici une anecdote gloups qui m’est arrivée juste avant notre départ.

Quand je suis tombée enceinte la première fois en 2011, mon neveu venait de naître. Ma sœur m’a dit que c’était dommage, mais qu’elle ne pourrait pas nous prêter la chaise haute et ce genre de matériel car elle en aurait encore besoin au moment supposé de la naissance de mon bébé. Mais ça c’était avant. Quelques jours avant notre départ, elle nous a parlé tranquillement de tout le matériel de puériculture qu’elle allait mettre en vente sur le bon coin. Gloups. Ça réchauffe le cœur de voir à quel point elle croit en la réussite de cette FIV. Le pire,  c’est que ça a été fait en toute innocence.

Pas facile du tout. Je le sais que toutes ces douleurs ne veulent rien dire, que ça peut être un bon comme un mauvais signe. Mais j’ai de plus en plus de mal à croire que j’aurai de bonnes nouvelles à vous annoncer dans une semaine.

24 commentaires »

FIV DO 2 Journal de voyage (2)

image

Samedi 17 mai
Nous sommes arrivés 30 minutes en avance, après nous être un peu perdus dans les dédales de la clinique.
Nous avons été reçus par le Dr Daniela. Je n’avais toujours pas pris de décision sur le nombre d’embryons à transférer. Nous avons appris que nos 7 nains ont évolués en :
– 1 HB
– 1 XB
– 2 EB
– 2 CM
– 1 M

Le Dr Daniela a dit que le Dr Marcel, qui a suivi notre dossier, nous conseillait de transférer les deux plus beaux. Comme je n’arrivais pas à me décider de façon rationnelle, je l’ai pris pour un signe. Et hop ! J’ai dit oui au transfert du HB et du XB (ça fait déjà deux prénoms de trouvés dis donc et en plus ils sont mixtes !). Je ne suis pas certaine que le Dr Marcel a bien compris l’histoire de l’utérus en Y, l’opération et tout et tout, mais bon voilà, il fallait bien donner une réponse.

Le Dr Daniela a dit que les EB et les CM avaient une chance d’être vitrifiés, mais je n’y crois pas trop. La dernière fois, les embryons restants étaient plus beaux et il n’y a eu qu’un vitrifié. On saura lundi.

Le sperme de mon homme est passé de oligoasthénochose à seulement asthénochose. Pas beau ça ? Cham ! Cham ! Champo-champo-champomy !

image

image

Ne me parlez pas du 0% de morphologie normale. La la la ! Je n’entends rien ! D’ailleurs, il y en avait forcément quelques uns de pas bossus sinon, ils n’auraient pas fécondé les ovocytes avec. Et puis en France, il y a trois mois, il y avait 7% de typiques. Alors 7 ce n’est pas 0. Voilà c’est tout.

Le transfert s’est fait comme la dernière fois sur l’air de Feelings oh oh oh oh oh feelings. (Là il y a débat : mon chéri me dit qu’il n’y a que 3 oh. Si quelqu’un  veut trancher la question…) Juste avant, nous avons pu admirer nos deux embryons à la TV. Oui madame, oui monsieur, ce sont des stars ! Le Dr Daniela nous a montré que le XB était en train de se transformer en HB. Bref, ils sont de toute beauté, en toute objectivité bien sûr.
Le Dr Daniela nous a fait un grand numéro d’actrice. Comme elle savait que l’épaisseur de l’endomètre nous inquiétait, elle a poussé des cris d’admiration en voyant mon endomètre à l’échographie. Véronique, ça doit te faire plaisir ! Et sur le compte-rendu, en face de « épaisseur de l’endomètre », elle a astucieusement écrit « ok ». Qu’elle est drôle !

Et maintenant, on suit les recommandations du médecin pour donner toutes leurs chances à mes lilyputiens : no sport, no sex because sex is sport (oh yes Daniela !) , no  bath and POSITIVE THINKING !

44 commentaires »

FIV DO 2 Journal de voyage (1)

image

Vendredi 16 mai
Taxi-avion-bus-train-tram-marche
Partis de Chénous à 10h, arrivés à Brno 21h30.
Qu’il fait froid ! Je n’avais même pas pensé à regarder la météo. Depuis quelques temps, depuis que j’ai la date du transfert en fait, je n’ai plus toute ma tête, je suis complètement ailleurs. Donc je n’ai prévu que des vêtements relativement légers, ce qui m’inquiète. Manquerait plus que je tombe malade !

J’ai eu le bonheur de mettre pour la première fois des bas de contention. Mes jambes ont gonflé la semaine dernière après un long voyage en voiture. J’ai vu que ça pouvait être un effet secondaire du Vivelledot. Je suis donc allée voir ma généraliste pour qu’elle me prescrive ces bas so sexy. Elle m’a dit : « Je vous fait une ordonnance pour des bas à varices. » Une plaisanterie, je suppose. Mais je manque d’humour. A la pharmacie, ils n’avaient que la teinte cannelle. J’ai cru m’étouffer. De vrais bas de mémé ! Avec ma peau blanche, c’était beaucoup trop foncé. J’ai donc commandé la teinte la plus claire. Mais il n’y a rien à faire, ça fait mémé. Les piqûres, tout ça, je n’ai rien dit, mais là c’est trop ! ! ! Ça m’a fichu un coup au moral.
A la gare de Prague, j’ai observé toutes les femmes blondes aux yeux bleus. Il y avait aussi une femme aux jambes tordues et au comportement bizarre qui est venue nous aborder pour nous demander de l’argent, j’imagine.
– Ce n’est pas elle notre donneuse ? ai-je dit.
– Mais d’où te viennent tes idées ? a répondu mon chéri.

Je suis maintenant bien au chaud dans mon lit après avoir mangé des crêpes de pommes de terre à la marmelade de prunes, beurre et sucre glace. Original… Mon prince a mangé des gnocchi aux lardons qui baignaient dans une crème bien grasse. Il m’a affirmé qu’il entendait son cholestérol se former !

Demain, rendez-vous à 11h45…

19 commentaires »

Message personnel pour Véronique, ambassadrice de chirurgie esthétique

VacheIl y a 5 jours, j’ai reçu ce commentaire de Véronique, suite à mon article « Chirurgie esthétique » que vous pouvez lire ici.

Tout va bien se passer. Il faut juste faire confiance au chirurgien. De toutes façon vous serez inconsciente lors de l’opération donc vous ne verrez rien. Et après, vous deviendrez encore plus belle que maintenant. 

Véronique, Véronique, Véronique, je suis troublée, je ne sais que penser. Certes, je suis touchée par ta sollicitude, surtout qu’il me paraît clair que tu ne me connais pas bien. C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai suivi ton conseil : faire confiance au chirurgien.

Je dois quand même t’avouer que je t’ai un peu devancée puisque tes conseils avisés arrivent plus de trois mois après l’opération ! Mais je chipote, c’est l’intention qui compte.

Je suis par ailleurs émerveillée par la pertinence de tes propos. Effectivement, lors de mon anesthésie générale, je n’ai rien vu, mais alors rien du tout. Tant de perspicacité force mon admiration.

Et voilà, ce qui me trouble : ta clairvoyance concernant l’anesthésie m’oblige à considérer très sérieusement la fin de ton message. J’ai tout d’abord été extrêmement touchée que tu me trouves belle au naturel, d’autant plus que je ne me souviens absolument pas du jour où nous nous sommes rencontrées, j’en suis confuse. Je t’avouerais que lorsque j’ai décidé de faire l’hystéroplastie d’agrandissement de mon utérus, le côté esthétique n’était pas ma motivation première, mais s’il y a la beauté dans les effets secondaires, je ne suis pas contre. Suite à ton message, je me suis regardée dans la glace. La différence n’est pas flagrante, c’est vrai, mais je trouve que ton raisonnement se tient : belle à l’intérieur, belle à l’extérieur.

J’espère que tu ne m’en voudras pas de ne pas avoir publié ton commentaire. J’évite les liens commerciaux et en cliquant sur ton nom, je suis tombée sur le site de ta charmante clinique esthétique. J’ai bien noté la Lipo-douceur pour éliminer les kilos de PMA, le V-lifting pour supprimer mes bajoues (enfin plus tard hein ? pour l’instant ça va encore, je te remercie) et la greffe capillaire pour mon homme dans quelques années.

N’hésite pas à repasser sur mon blog, Véronique. Avoir une lectrice qui arrive à garder une certaine distance avec mes soucis est tout à fait rafraichissant.

21 commentaires »

FIV DO 2 – J3

7 nains bis

Aujourd’hui, à J3, 4 embryons à 8 cellules et 3 embryons à 5 cellules.

Je ne sais pas si on peut espérer que ceux à 5 cellules se réveillent.

C’est moins bien que la dernière fois (6 embryons à 8 cellules et 1 embryon à 2 cellules).

Demain, nous n’aurons pas de nouvelle de la clinique. Ce sera la surprise samedi.

Je ne reviendrai sans doute pas par ici avant mon retour.

Merci beaucoup pour toutes vos pensées !

 

22 commentaires »

FIV DO 2 – J2

image

Trois articles le même jour, du jamais vu !
Celui-ci sera très court.
Aujourd’hui à J2, nous avons 7 embryons de 4 cellules.
J5 est encore loin, mais pour l’instant nos petits embryons se divisent bien sagement.
A suivre…

11 commentaires »

Noeuds au cerveau

image

Alors, 1 ou 2 ?
1=0 ?
1+1=1 ou 1+1=2 ?
Je n’ai toujours pas décidé. Je change d’avis toutes les 2 minutes.
Mon homme est pour un transfert de 2. Il ne comprend pas que j’hésite. L’autre jour, j’ai eu l’impression qu’il était à deux doigts de remettre en cause mon désir d’enfant. J’ai senti en moi une vague de douleur et de désespoir m’envahir. Si on m’enlève mon désir, il me reste quoi ? Heureusement, il s’est arrêté à temps…
Pour lui, si Cérès n’a pas dit non à 2, c’est qu’une grossesse gémellaire est possible.
Moi j’ ai compris qu’elle disait oui à 2 si la combinaison qualité (endomètre + embryons) était tellement défavorable qu’il y avait une chance quasi-nulle que les deux s’accrochent.
Un transfert double c’est bien car ça augmente les chances, mais si les deux s’ accrochent, je suis terrorisée à l’idée d’une fausse couche tardive ou une grande prématurité à cause de mon utérus qui est peut-être hyper-contractile, mais peut-être pas après tout on n’en sait rien et puis est-ce que ce n’est pas complètement naïf de croire que deux embryons puissent s’accrocher sur un endomètre de 5 mm ??? Mais si c’était le cas, suis-je prête à prendre le risque ?
Bref, ça tourne et retourne dans ma tête et je n’ai toujours pas la réponse à ma question : 1 ou 2 ?

15 commentaires »