Les aventures de Lily au pays des cigognes

Le site d'une maman qui cherche le chemin jusqu'à son bébé

Jessica et moi, c’est fini !

Certaines d’entre vous le redoutaient. Moi, je n’osais y croire. On ne peut quand même pas créer une série policière sur fond de pma et mettre l’héroïne en cloque en deux temps trois mouvements ! ! !

Eh bien si. Épisode 8 : Jessica fait virer trois tests de grossesse.

J’aurais aimé pouvoir lui souhaiter une fausse couche, car après tout c’est un personnage de fiction, j’ai le droit. Et ça aurait permis de me défouler. Vous savez quoi, je n’y arrive même pas. C’est fou, non ?

Bon, l’histoire n’est pas claire, mais il y a un risque pour qu’elle soit enceinte de son amant d’un soir. Ben oui, c’est bien connu, pour avoir un bébé, il suffit d’une fois.

Du coup les filles, je vous propose une petite expérience scientifique (l’alibi de la science, c’est imparable). On prend toutes un amant et on se retrouve dans deux semaines avec notre test de grossesse. L’amant remboursé par la sécu, c’est tentant, non ? Je trouve que ça vaut la peine de vérifier.

Sinon, l’autre jour, alors que je cherchais désespérément un truc à regarder à la télé, je suis tombée sur Tori Spelling (oui, ça fait mal), une émission de télé-réalité, si j’ai bien compris. Et pile au moment où je zappais sur cette émission, elle racontait qu’elle était enceinte mais qu’elle n’en avait pas encore parlé à sa petite fille et elle a dit un truc du genre : « Je ne sais pas si c’est une superstition, mais on dit qu’il ne faut pas en parler avant trois mois ». Une superstition ? ? ? Mais bien sûr…

Alors autre expérience scientifique, on se transforme toutes en blondes et on observe si ça nous préserve des fausses couches. Oui, c’est vrai, je suis déjà blonde, mais pas platine, il faut croire que ça change tout.

Publicités
24 commentaires »

L’amour plus fort que la génétique

Vous avez certainement entendu parler de l’histoire de Manon et Mathilde, deux bébés échangés à la maternité.

Il y a quelques mois, j’ai vu une émission où étaient invitées Manon et sa maman Sophie (celle qui l’a élevée). Et j’ai été très touchée par les mots de Sophie. Elle disait que quand elle avait rencontré Mathilde, sa fille biologique, elle avait été frappée par la ressemblance physique, mais que c’est en sa fille Manon qu’elle se reconnaît. Je ne sais pas si c’est évident pour vous sur la photo, mais pour les avoir vues, je peux vous dire que la ressemblance était assez troublante. On voit très bien que la fille est d’origine réunionnaise et pas la mère et pourtant… il y a quelque chose dans leur façon de parler, le regard, le sourire, le port de tête qui ne laisse aucun doute sur le lien maternel qui les unit.

Ce témoignage m’a apaisée.

19 commentaires »

La suite de l’aventure

Marionnette achetée à Prague l'été 2012

Marionnette achetée à Prague l’été 2012

Cela fait des semaines, des mois que j’essaye d’écrire un article sur ce que je ressens par rapport au don d’ovocytes. Je trouve ça très compliqué car c’est difficile à exprimer et que mon humeur est fluctuante sur le sujet.

En attendant je vais aborder le don de manière plus factuelle.

Comme beaucoup le savent déjà, nous sous sommes décidés pour un don d’ovocytes en République Tchèque. Le transfert est prévu fin septembre.

Je suis suivie par Cérès. Pour celles qui suivent, c’est la gynéco d’Irouwen, la gyné D de Mon petit trésor et la Croquette de loLo.

Je l’ai trouvée agréable et surtout très professionnelle.

J’ai fait un cycle d’essai de préparation de l’endomètre. Il a atteint 5,8 mm en triple feuillet. Je suis naturellement horriblement déçue (et inquiète). Mais Cérès a sorti de son tiroir son échographie fétiche, celle d’un endomètre sans triple feuillet de 4 mm qui a permis la naissance de jumeaux. Cérès ne pense pas que je puisse dépasser les 6 mm.

Je vous disais ici que mon utérus en T ou en Y me permettait d’avoir une grossesse. J’avais fait en février une hystéroscopie avec un grand ponte de l’utérus (j’imagine sa carte de visite !). Pour affiner son diagnostique et savoir si une opération était judicieuse, il avait demandé à un collègue une échographie complémentaire. Il en avait conclu qu’une opération était inutile car la cavité utérine était suffisamment grande pour permettre une grossesse.

Sauf que… suite à une petite bulle observée au cours d’une échographie lors de mon cycle d’essai, Cérès m’a demandé de faire une autre hystéroscopie. J’ai passé un grand moment avec la spécialiste recommandée par Cérès. Tout d’abord, je remarque qu’elle écrit en trempant une plume dans un encrier. C’est pas bizarre, ça ? ? ? J’aurais dû me méfier… Ensuite, elle m’a fait tout un cinéma quand je lui ai dit que j’avais eu très mal avec le grand ponte de février. Regardez-moi dans les yeux ! Vous n’aurez pas mal ! Vous entendez ? Et comme de bien entendu… elle m’a fait très mal… Puis après avoir regardé le compte-rendu du grand ponte, elle me dit qu’elle n’était pas aussi optimiste. Elle commence par me rassurer sur la petite bulle qui n’est rien d’après elle et sur la muqueuse utérine qui est bien rosée pour m’assommer d’un grand coup : il est hors de question d’avoir une grossesse gémellaire ; il est hors de question de travailler pendant ma grossesse ; il est hors de question de penser pouvoir mener une grossesse à terme. Évidemment, j’ai pleuré. Jusqu’ici, je n’avais peur que des fausses couches précoces, voilà maintenant qu’on me présente le spectre de la fausse couche tardive…

Finalement Cérès n’était pas aussi alarmiste. En septembre, je ferai un transfert de deux blastocystes. En octobre, après la PDS (pour ne pas me perturber si le diagnostic est mauvais), si elle est négative, Cérès veut que je  vois deux grands pontes de l’utérus pour savoir si je dois me faire opérer. Finalement, comme l’un des grands pontes est celui que j’ai vu en février, je n’en verrai qu’un. Elle pense que mon endomètre fin est une conséquence de mes aspirations. Pourquoi aucun médecin ne m’a parlé de ce risque ? Elle dit qu’il y a deux possibilités. Soit la forme de mon utérus est la même depuis toujours et on ne pourra rien y changer. Soit elle est dû à des adhérences post-aspiration, des sortes de cicatrices qu’on pourrait opérer. Dans ce dernier cas, elle dit qu’il faut que je me fasse opérer par Grand Ponte et personne d’autre. J’avoue que l’idée de me faire opérer, même par Grand Ponte en personne, me terrorise. J’ai peur que cela n’aggrave la situation.

Voilà, voilà… Avec mon problème d’endomètre fin et d’utérus en Y, je ne sais pas ce que je peux espérer de mes chances de réussite en FIV-DO. D’où beaucoup, beaucoup, beaucoup d’angoisse.

27 commentaires »

Rome, l’unique objet de mon ressentiment

Santa Maria Sopra Minerva - Filippino Lippi

Santa Maria Sopra Minerva – Filippino Lippi

Quel meilleur moyen qu’un joli petit voyage romantique pour déconnecter de la PMA et de mon obsession de bébé ?

Sauf que j’avais le wifi à l’hôtel et que matin et soir j’ai regardé vos blogs et le forum MAIA.

Sauf que j’ai reçu le sms (groupé tant qu’à faire le sms) d’une copine qui m’annonçait qu’elle venait d’accoucher de sa deuxième fille. Je ne savais même pas qu’elle était enceinte !

Sauf que les musées regorgent de Vierges à l’enfant avec leur sourire mystique qui te dit : « Mon bonheur est indicible, tu comprendras quand tu seras mère. »

A ce propos une théorie a jailli dans mon cerveau malade en regardant une Annonciation. Et si Marie était infertile ? Et si l’ange était l’ancêtre de ClearBlue (note que la couleur de l’ange valide ma théorie) qui lui annonçait enfin la bonne nouvelle tant attendue ? Note aussi que l’ange est plus fort que ClearBlue car non seulement il a des ailes, mais en plus il t’annonce un futur bébé et non un début de grossesse.

En tout cas moi, si un jour je suis maman, j’exige qu’un ange vienne me l’annoncer. C’est bien le moins que l’on puisse faire !

Je vous rassure, j’ai passé d’excellentes vacances à Rome, mais j’ai été frappée de constater une fois de plus à quel point toute ma vie est colorée par ce désir d’enfant, quoi que je fasse…

14 commentaires »

Jessica et moi

Jessica et moi, nous voulons être maman.

Jessica et moi, nous n’y arrivons pas.

Jessica et moi, nous avons fait appel à la médecine.

Jessica et moi, nous adorons les échographies endovaginales.

Jessica et moi, nous essayons de trouver excitants les rapports programmés.

Jessica et moi, nous pensons être enceintes quand nous avons des fringales.

Jessica et moi, nous pleurons quelquefois aux toilettes.

Jessica et moi, nous essayons de faire bonne figure devant nos collègues.

Jessica et moi, nous assurons côté travail. Bon d’accord je m’occupe d’enfants, pas de criminels… Mais ça demande aussi de l’énergie, non ?

Jessica et moi, nous ne voulons pas parler de la PMA au boulot, mais nous n’y arrivons pas.

Jessica et moi, nous nous piquons sur notre lieu de travail.

Jessica et moi, nous adorons les chaussures, parce que nous voulons être féminines.

 

Jessica est ma nouvelle meilleure amie car elle arriverait (presque) à nous faire croire que la PMA rend sexy.

19 commentaires »