Les aventures de Lily au pays des cigognes

Le site d'une maman qui cherche le chemin jusqu'à son bébé

Quand les hommes pleurent…

le septembre 9, 2012

Si vous avez bien regardé à droite du blog, vous devriez avoir vu que mon RV chez Panoramix est passé.

J’ai d’abord eu la surprise de découvrir qu’il s’agissait d’un hôpital privé. Je l’avais tout simplement choisi car il s’agissait du seul hôpital de mon département en plus de celui où j’étais déjà suivie. Rien qu’à regarder les bâtiments, on voit bien qu’il y a plus de moyens. Et qui dit plus de moyens, dit meilleur suivi. Donc, mine de rien, c’est quand même important.

Nous avons été assez satisfaits du RV. Avant même que j’évoque le sujet, il nous a dit que dans notre cas, étant donné mon âge, il fallait tenter le tout pour le tout et passer directement à la FIV avec transfert de blastocystes. Nous avons envoyé les papiers pour l’entente préalable et la prise en charge à 100%. Et nous avons un nouveau RV dans un mois. Du jamais vu ! Avec Merlin, c’était tous les trois mois quoiqu’il arrive par manque de moyen. Et dans notre situation, le temps, c’est capital.

Je l’ai trouvé dynamique. Il ne perd pas de temps. Alors ça me rassure. Je ne dis pas que j’ai fait des sauts de cabri en sortant du RV car malheureusement la PMA nous apprend à être très prudents, mais pour la première fois depuis longtemps, je vois une petite lueur d’espoir. Et ça fait du bien.

J’en arrive au titre de mon billet. Hier midi, alors que nous mangions tranquillement à la pizzeria, je dis à mon mari : « C’est marrant, pour une fois, c’est moi qui suis plus optimiste que toi. » Car même si nous avions le même ressenti par rapport au RV et que nous étions d’accord pour quitter Merlin et continuer avec Panoramix, je ne le sentais pas très positif. Et c’est là que ça a dégénéré. Il m’a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi j’étais si pessimiste juste après mes deux grossesses (qui je le rappelle se sont terminées en fausses couches) ni pourquoi maintenant j’étais plus optimiste alors que depuis mars (moment de la reprise des essais bébé), je n’arrive plus à tomber enceinte. La discussion très musclée a continué chez nous. Je ne comprenais vraiment pas sa réaction, pour une fois que j’étais un peu optimiste, on aurait dit qu’il faisait tout pour me déprimer. Et quand avant je déprimais, il me reprochait mon manque d’optimisme. Il me parlait de l’importance du facteur psychologique. Alors je lui demandais pourquoi il me prenait la tête justement au moment où j’étais un peu zen. Une conversation de fous ! Et puis il est venu s’assoir à côté de moi. il m’explique que le problème c’est que justement avant il était optimiste et que maintenant il n’y arrive plus. Il pose sa tête sur mon épaule et je l’entends pouffer. Surprise, je lui demande pourquoi il rit. Mais en fait il sanglotait. Évidemment, j’ai pleuré aussi.

C’est la première fois que je le vois pleurer. Ça m’a brisé le cœur. Jusqu’ici, je pensais qu’il avait envie d’un enfant, mais que finalement si ça ne marchait pas, ce ne serait pas un drame pour lui. En tout cas moins que pour moi. Comment ne pas culpabiliser ? Ça me fait tellement mal de le savoir dans cet état ? Comment ne pas se dire qu’avec une autre, peut-être, il serait déjà papa ?

Aujourd’hui, je suis perdue. Je ne sais plus ce que je ressens. Je ne sais plus si je pense que cette FIV a des chances de réussir. C’est tellement difficile…

Publicités

23 responses to “Quand les hommes pleurent…

  1. nélia dit :

    Bonjour, j’ai voté difficile mais j’ai hésité avec impossible, la pma ça anéantit mon couple . Sorti de ça je trouve que tu t’organises bien avec tes RV. Bon courage à vous deux.

    • Lily dit :

      Merci Nélia. Je me dis que même si c’est difficile, il faut continuer à se parler. Et peut-être qu’un jour chacun finira par entendre l’autre à défaut de se comprendre.
      Bon courage à toi aussi.
      Bises.
      Lily.

  2. La fille dit :

    Je crois que la communication dans le couple est primordiale (et pas seulement en PMA). Que ton homme est réussi à expimer sa peur et sa souffrance je trouve ça super. Mais garde ton optimisme. D’une certaine façon vous êtes complémentaires. Quand l’un flanche, l’autre tient. Tu as raison de croire à cette nouvelle FIV.

    • Lily dit :

      Merci la fille ! Je me demande ce qui est plus dur : flancher ou voir l’autre flancher… Mais tu as raison, je vais essayer de rester positive.
      Bises.
      Lily.

  3. nath dit :

    Mais bien sur qu’il ya des chances de réussites, il faut continuer d’y croire à 200%. Les baisses de moral sont normales, c’est plutôt bien que ton homme réussise à exprimer sa souffrance. Continuez à veiller l’un sur l’autre, à vous soutenir.
    Bises

    Nath (bambou et sourires)

  4. Lucky bellule dit :

    Salut ! Nous, en fait, IL m’a annoncé son souci dès que notre relation est devenue sérieuse. Me demandant de faire un choix : lui et la PMA OU un autre et la facilité (éventuelle) d’avoir des bébés. Je l’ai choisi lui. On en a beaucoup discuté. Au départ, c’était un sujet tabou dans sa famille. Un seul ami proche connaissait ses soucis. Petit à petit (grâce un peu à moi, j’ose espérer), on s’est mis à en parler. Je ne suis pas de nature optimiste. Je n’y croyais pas beaucoup. Il m’a beaucoup aidée. Parfois, je flanchais (surtout devant son obstination de ne pas avoir recours au don de sperme alors que ses spermo étaient pourris). Parfois, c’était lui qui flanchait et me disait que ça serait tellement + simple pour moi avec un autre. Ca fait mal d’entendre ça, bien qu’on comprenne tout à fait. J’ai tenu bon.
    Il t’aime toi, avec ou sans tes soucis. C’est normal et sain qu’il flanche de temps en temps. Quel couple confronté à la PMA peut dire qu’il ou qu’elle n’a jamais pleuré sur son sort ?
    Courage, vous vous en sortirez… et encore + forts qu’avant ou que les autres couples « normaux »

  5. C’est triste mais c’est beau aussi, il a communiqué ses sentiments et c’est bien pour vous…la comunication c’est important et ça comprend aussi les choses négatives! Courage et continuez à parler. Bises

  6. Lulu dit :

    La réaction de ton chéri me rappelle celle de mon homme. Quand l’un craque, heureusement l’autre est là pour accueillir le chagrin… Quant à la culpabilité, je n’ai toujours pas de remède miracle. Continuer, tant bien que mal, à vivre avec. C’est douloureux… Courage.

  7. Marianne dit :

    Bonjour, j’ai voté « impossible » après avoir hésité avec difficile. Mon mari a déjà un enfant d’un précédent mariage et je croyais exactement comme toi « qu’il avait envie d’un enfant, mais que finalement si ça ne marchait pas, ce ne serait pas un drame pour lui »… jusqu’à ce qu’une discussion se termine en larmes des 2 côtés….
    Mon mari trouve fondamental de continuer à espérer, tandis que moi j’essaye d’espérer mais pas trop, pour ne pas complément m’effondrer ensuite….
    Courage pour la suite…

  8. Laure dit :

    Je suis vraiment désolée pour vous… il ne faut pas désespérer !!!!
    Courage… j’espère que vous aurez de belles nouvelles :-))
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

  9. Kaymet dit :

    J’avais lu une première fois ton sondage, mais ne m’y retrouvais pas – j’aurais voulu voter: « C’est difficile, mais on se soutient mutuellement » ou quelque chose comme ça; finalement j’ai voté « c’est facile », mais en PMA « facile » ça passe pas très bien. Disons qu’on est souvent sur la même longueur d’onde et surtout qu’on arrive généralement à se dire les choses.
    Je trouve le fait que ton chéri ai pleuré devant/avec toi très sain – ouvrir les vannes, c’est aussi ce qui permet d’aller vers plus de confiance mutuelle justement, et perso je trouve que ce type de crise de larmes ça libère bien et ça aide à retourner vers plus d’optimisme le moment venu.
    Je vous souhaite tout plein de belles choses pour la suite.
    Bises

  10. Bibiche dit :

    Je commence à lire ton blog et je suis déjà émue.
    Les hommes connaissent un parcours à la fois différent et similaire au notre. Mais c’est vrai qu’ils essaient souvent de se montrer forts quand nous on est au plus bas et ils ne peuvent lâcher prise que quand ils nous voient aller mieux, pour laisser éclater leurs chagrins.
    Ce n’est pas bon d’être 2 à toucher le fond, il en faut toujours un pour aider l’autre.

  11. Lily dit :

    C’est vrai que si on touchait le fond en même temps, ce ne serait pas beau à voir. Mais ce décalage est un peu éprouvant.
    Bises.
    Lily.

  12. Bibiche dit :

    J’ai voté « facile » mais ça dépend tellement que j’ai envie de dire un peu des trois, tout dépend du moment. L’essentiel étant qu’on est là l’un pour l’autre même si le sujet reste douloureux pour chéri.

    • Lily dit :

      Chez nous, c’est de plus en plus compliqué. J’évite le sujet pma car l’un comme l’autre nous ne supportons pas les réactions de notre chéri(e).

      • Bibiche dit :

        C’est sûr que c’est vraiment pas facile, par moment c’est à se demander si on arrive même à se comprendre et pourtant on devrait vu qu’on partage tout ça avec lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :